Tous les jours, des associations se créent pendant que d’autres disparaissent avec de multiples conséquences et de nombreuses nuances sur les territoires. Faire émerger une connaissance partagée des réalités associatives locales est pourtant indispensable pour prendre la mesure des évolutions, pour en comprendre le sens et en tirer les enseignements. Les observatoires locaux de la vie associative (OLVA) mis en place par le Réseau national des maisons d’associations (RNMA) répondent en partie à ces enjeux.

 

Les Maisons des associations, de par leur vocation, sont au coeur de la vie associative locale. Du fait de leurs missions, c’est tout naturellement qu’un nombre toujours croissant de Maisons des associations ressent le besoin de mieux connaître l’environnement associatif local. Tout d’abord, pour prendre la mesure du changement et de son impact sur les territoires, mais également pour se donner de bons outils pour agir. Une observation régulière et précise est nécessaire au niveau local pour anticiper les transformations. C’est bien en ayant repéré ces évolutions, les nouveaux besoins, mais aussi les nouvelles difficultés auxquelles sont confrontées les associations que les Maisons des associations et leurs partenaires peuvent assurer leur mission avec plus d’efficacité.

 

Les données quantitatives sur les associations sont certes indispensables. Mais elles ne suffisent pas à rendre compte de ce qui bouge. Un suivi régulier de la vie associative nécessite d’analyser non seule-ment l’existant mais aussi les dynamiques d’évolution : les nouvelles formes d’organisation, les nouveaux pro-fils de militants, ainsi que les évolutions affectant les ressources humaines (bénévolat et salariat) et financières. Sans oublier non plus la relation avec le monde associatif non institué (collectifs, groupes de personnes) qui constitue le terreau d’une capacité d’intervention collective. La collecte de ces connaissances poursuit plusieurs buts : fournir aux acteurs locaux les outils et les moyens de réaction nécessaires aux changements à venir, permettre, par la connaissance de l’évolution du tissu associatif, une meilleure prise en compte de l’impact de son action, anticiper les besoins des associations et participer à la mise en œuvre de politiques locales adaptées; Enfin, par effet domino, la démarche permet de nourrir le projet associatif des structures d’aide à la vie associative. L’observation de la vie associative locale ne peut être la propriété d’un réseau ou d’une collectivité. Tous ceux qui s’intéressent à l’évolution du monde associa-tif sont concernés : les acteurs publics, les réseaux associatifs, les universités… sans oublier, en premier lieu, les acteurs associatifs eux-mêmes. C’est pourquoi la démarche des OLVA est ouverte et participative.

 

Force et de constater que les don-nées recueillies peuvent être un excel-lent matériau de réflexion, que ce soit pour redéfinir une politique d’aide aux associations ou pour orienter de façon plus pertinente l’action de conseil et d’accompagnement des porteurs de projets. L’observation peut aussi alimenter la réflexion sur le sens de l’engagement associatif, l’évolution des pra-tiques de gouvernance, et permet d’étudier l’émergence de regroupements informels, comme en témoignent les monographies issues de certains OLVA.

 

[prettyfilelink size=”58 kB” src=”http://pr-wp.eyona.com/wp-content/uploads/2016/02/LVA24_Accompagner-changement-Observation-locale-1.pdf” type=”pdf”]LVA24_Accompagner-changement-Observation-locale[/prettyfilelink]